Restaurant Le Local

Le Local est un restaurant créé en 2017 qui fait la part belle aux produits locaux issus de circuits courts,  de l’agriculture biologique, raisonnée et équitable, et cuisinés dans une philosophie zéro gaspi. Bref, un restaurant d’aujourd’hui, conscient de son impact sur l’environnement, qui n’oublie ni le plaisir dans les assiettes, ni la qualité de l’accueil.

Le local from Bruxelles Env. - Leefmilieu Brus on Vimeo.

  • Une conscience environnementale

Ce restaurant est le projet d’Aubane Verger et Laura Peraia  dont l’idée est de « sauver le monde à coups de fourchettes » en proposant une carte durable, créative et pleine de saveurs. Dès son ouverture à Ixelles, ce petit restaurant de quartier fait parler de lui. Les clients séduits par cette démarche engagée viennent et reviennent. Selon Odile Chevalier, gérante du Local, « de plus en plus de personnes ont un nouveau rapport à l’alimentation et sont soucieuses de ce qu’elles consomment ».

Fort de ces débuts encourageants, Le Local s’engage dans le processus de labellisation Good Food et obtient directement 3 toques. Une reconnaissance du projet qui conforte l’équipe dans le bienfondé de sa démarche et dans les actions mises en place.

  • Priorité au circuit court

100 km, c’est le maximum de kilomètres visé entre les producteurs et Le Local pour une grande majorité de l’approvisionnement. Pour les autres produits comme l’huile d’olive, les agrumes, certains poissons, la limite est l’Europe. Le café, le thé et le cacao, qui poussent sous d’autres latitudes, sont issus du commerce équitable. Les producteurs sont présentés sur le site internet du restaurant, gage de transparence.

  • Une pépinière culinaire zéro gaspi

Pour l’équipe du Local, il est primordial de ne pas induire du gaspillage en cuisine. Les portions sont calculées au plus juste et les produits sont valorisés au maximum de leur potentiel. Des épluchures de légumes seront par exemple séchées et réduites en poudre afin d’être utilisées comme condiment. Une attention qui nécessite d’anticiper le déchet, de réfléchir à des préparations culinaires classiques et innovantes, de construire une carte intelligente et de bien organiser les mises en place. Pour Odile Chevalier, « cela nous mène à pousser les limites de la cuisine classique et nous force à repenser notre rapport aux aliments».

S’il restait par hasard des aliments sur votre assiette, vous vous verrez proposer une boîte Rest-O-Pack pour emporter vos restes à la maison. Les déchets résiduels crus sont envoyés à vélo au compost de Vert d’Iris à Anderlecht. Les déchets cuits et les serviettes en papier compostable vont dans la filière de biométhanisation. Résultat ? De l’inventivité en assiette et une poubelle blanche de 60 l par semaine !

  • Expliquer et transmettre

Le personnel de salle prend le temps d’expliquer la philosophie du projet avant de présenter le menu. Un temps de qualité qui permet d’échanger et de susciter une réflexion autour de l’alimentation et de nos choix en tant que consommateurs.

Pour Odile Chevalier, « La Good Food, c’est l’aliment dans son entièreté, du producteur jusqu’à l’impact total sur l’environnement. ».

 

Rue de la Longue Haie 51
1000 Bruxelles-Ville
Belgique

Tel 02 647 68 03